OREILLES, les petits tracas

OREILLES


Les petits tracas

Véronique Mottot


Vous êtes nombreux, amis lecteurs à nous avoir demandé une rubrique médicale dans les pages du magazine pour vous apporter des conseils simples et efficaces pour éviter vos petites « tracasseries » de plongeur. Et bien voilà, nous avons exaucé votre souhait et vous présentons, avec grand plaisir notre spécialiste, le « Doc Chercheurs d’eau » qui va se charger de cette nouvelle rubrique.


 

L

es otites externes sont une pathologie très fréquente chez le plongeur pouvant transformer un séjour plongée tant attendu en une véritable galère.

Quelques moyens simples existent pour vous éviter ces désagréments :

  • Consulter son médecin avant le départ pour s’assurer de l’absence de bouchon, de cérumen ou d’une éventuelle lésion.
  • Ne jamais utiliser de coton tige (on ne le répétera jamais assez ...) qui agresse la peau du conduit auditif. Son utilisation doit être limitée au pavillon de l’oreille, l’intérieur se nettoyant à l’eau tiède lors de votre douche journalière (surtout pas de jet trop puissant pouvant léser votre tympan).
  • Porter une cagoule ou un bandeau en néoprène lors des plongées ce qui limitera la pénétration de l’eau et ce, d’autant plus si l’eau est chaude et chargée en particules de toutes sortes (plancton, sable ou vase en suspension, hydrocarbures, …) et si les immersions sont longues et répétées.
  • Se rincer et se sécher les oreilles dès la sortie de l’eau est fondamental car l’eau stagnant dans le conduit auditif va se révéler être un véritable bouillon de culture.

“ Ne pas jouer les « apprentis sorciers »
en vous introduisant n’importe quoi
dans les oreilles ! ”

Pour cela, nul besoin d’apporter votre sèche cheveux sur le bateau ... Un petit morceau de mouchoir en papier enroulé sur lui-même et introduit délicatement dans le conduit fera parfaitement l’affaire.
L’utilisation de produits asséchants type alcool boriqué peut être utile quand l’oreille est difficile à sécher. Appliquez alors 2 à 3 gouttes le soir, ce produit pouvant être utilisé sans risque de façon prolongée si aucune douleur n’est présente.
Vous pouvez aussi appliquer un corps gras type huile d’amande douce avant de vous immerger afin de former un film protecteur sur votre conduit et éviter ainsi son irritation.

Si malgré tous ces conseils une gêne commence à se faire sentir, ne pas jouer les « apprentis sorciers » en vous introduisant n’importe quoi dans les oreilles, vous risquez d’accentuer gravement le problème, soyez raisonnable et consultez au plus vite votre docteur préféré !

magazine Chercheurs d'Eau n° 26 / p. 22 / août-septembre-octobre 2010