La reproduction chez les requins

Date

La reproduction chez les requins

S’adapter pour survivre ! 

Les requins sont de très anciens habitants de nos mers et océans, les premiers fossiles datant d’environ 400 millions d’années sont les preuves pétrifiées de leur apparition sur terre. Cette catégorie d’animaux aquatiques s’est beaucoup diversifiée durant cette longue période pour atteindre aujourd’hui plus de 400 espèces. Les différences entre chaque espèce sont facilement visibles au niveau morphologique mais elles existent aussi à bien d’autres niveaux, notamment à celui de la reproduction sur laquelle je vous propose de mettre un coup de projecteur, étanche bien entendu.

Il existe chez les requins trois modes de reproduction bien décrits par les scientifiques : la viviparité, l’oviparité et l’ovoviviparité ainsi qu’un quatrième, beaucoup plus étrange et très récemment observé dans différents aquariums à travers le monde.

Les requins ovipares pondent des œufs qu’ils peuvent accrocher à certains organismes marins comme les gorgones ou glisser dans des crevasses à l’abri de prédateurs. L’incubation des jeunes requins qui ne bénéficient d’aucune protection parentale est plus longue qu’une grossesse humaine, elle dure en effet plus de 9 mois et peut aller jusqu’à 12 mois chez certaines espèces. Chose étonnante, des études récentes ont montré que les embryons de requin étaient capables de sentir à travers le coquille de leur œuf des menaces externes comme la présence de prédateurs, et que chose encore plus surprenante ils pouvaient ralentir leur croissance pour reporter jusqu’à plusieurs mois leur sortie, optimisant ainsi leur chance de survie.

Les requins vivipares ont un mode de reproduction assez similaire à celui des mammifères : les petits grandissent dans le ventre de leur mère à laquelle ils sont reliés par un cordon qui leur assure leur apport journalier en nourriture.

Les requins ovovivipares ont un mode de reproduction intermédiaire. En effet, si les petits grandissent dans le ventre de leur mère, ils ne lui sont pour autant pas reliés et tirent leurs réserves nutritives d’un sac vitellin, genre de garde-manger portatif individuel (comme le jaune d’œuf chez les oiseaux) dans lequel il puise la totalité des nutriments nécessaires aux premiers mois de sa croissance in utero. Pour simplifier c’est un peu comme si la mère pondait des œufs à l’intérieur même de son ventre.

Un quatrième mode de reproduction très rare dans la nature et jusque-là inconnu dans la grande famille des requins a été découvert au cours des dernières années dans plusieurs grands aquariums à travers le monde: la parthénogenèse. Les femelles se passent totalement des mâles pour la reproduction, elles donnent naissance à des petits requins viables sans fécondation. Ce phénomène a été observé pour le moment chez le requin zèbre et le requin marteau tiburo. Il est possible que d’un point de vue évolutif, ce mode de reproduction ait participé à la résistance impressionnante des requins qui ont pu survivre à des conditions extrêmes et à de grands phénomènes d’extinction tel que celui des dinosaures il y a 65 millions d’années.

 

Beaucoup d’autres choses extraordinaires et insolites restent encore à découvrir au sujet des requins, nos connaissances ne cessent d’augmenter chaque année mais il est triste de constater que toutes ces découvertes risquent malheureusement d’être un jour brutalement stoppées du fait de leur disparition à cause de l’Homme…

Plus d'
articles