DESHYDRATATION, les dangers

DESHYDRATATION


Les dangers

Véronique Mottot


Notre corps est constitué d’environ 65% d’eau. Un adulte sédentaire élimine dans des conditions normales entre 2 et 3 litres d’eau par jour par le biais des urines, de la transpiration, de la respiration et des selles.


 

L

es pertes hydriques peuvent être beaucoup plus importantes et atteindre plus de 5 litres selon les conditions climatiques du lieu où l’on se trouve (vent, chaleur, soleil).
Ces pertes doivent impérativement être compensées par des apports en eau sous forme de liquides et d’aliments pour éviter la déshydratation particulièrement dangereuse chez le plongeur.

  • Limiter la sudation en restant le plus possible à l’ombre et surtout en évitant de rester trop longtemps enfermé dans sa combinaison avant la mise à l’eau.
  • Dans les heures qui précèdent la plongée, ne pas faire une activité physique intense pouvant engendrer une déshydratation supplémentaire. Il est indispensable d’avoir une hydratation correcte.

Lorsque la soif apparaît, notre corps a déjà perdu entre 0,5 et 1 litre d’eau.
La soif est donc un signe d’alerte témoignant d’une déshydratation qui se manifeste alors par de la fatigue, des maux de tête, des difficultés de concentration, une diminution des performances physiques. Il faut donc anticiper ce phénomène et boire avant d’avoir soif.

Notre estomac ne pouvant pas absorber plus de 75 cl par heure, il faut boire régulièrement et en petite quantité de l’eau fraîche mais jamais glacée, le froid provoquant des désagréments intestinaux.
L’idéal serait de boire 1 litre d’eau dans les deux heures avant de s’immerger et de s’hydrater de nouveau dès la sortie de l’eau. Seule l’eau est nécessaire pour obtenir une hydratation correcte.

N’oublions pas que la moitié des apports hydriques sont apportés à notre organisme par les aliments. En période estivale, la consommation d’aliments riches en eau tels que melon, pastèque, salades, tomates, courgettes contribuera à une meilleure hydratation.

Ces conseils sont aussi valables lors de votre entraînement en piscine car lors de vos séances de palmage intensif ou d’apnée, vous allez dépenser quelques calories, transpirer dans l’eau sans vous en apercevoir et vite vous déshydrater.

Et alors, gare aux crampes ! N’oubliez donc pas votre bouteille d’eau sur le bateau ou au bord du bassin et pensez bien à boire avant et après la plongée. Et gardez à l’esprit qu’il vaut toujours mieux un gros pipi dans la combi qu’un petit tour au caisson …