GOZO, L’île mystérieuse

GOZO


L'île Mystérieuse

Fabrice Boissier

 

E

n octobre 2018, nous étions un groupe de 14 plongeurs pour participer à notre RDV de Chercheurs d’eau sur l’île de Gozo. Ce voyage, organisé en partenariat avec l’agence de voyage Ultramarina, nous a permis de découvrir cette île de l’archipel maltais qui s’oriente de plus en plus vers un tourisme lié à la plongée sous-marine.

Si de nombreux touristes fréquentent chaque année l’archipel maltais pour visiter ses monuments historiques, ses innombrables églises et s’émerveiller devant ses spectaculaires paysages côtiers, la destination est aussi très prisée des plongeurs européens. Sur les îles principales, Malte et Gozzo on trouve de nombreux clubs de plongée qui proposent chaque jour, soit des sorties en départ du bord avec transferts en minibus vers les sites éparpillés le long des côtes, soit des départs en bateau pour aller rejoindre des spots plus éloignés en mer. Le positionnement géographique de l’archipel au milieu de la Méditerranée, à 90 km au sud de la Sicile, le place à seulement 2h30 d’avion de Paris.

Malte est bien desservie par différentes compagnies aériennes et notamment par Air Malta qui propose, à des tarifs abordables, des vols réguliers en partance de plusieurs villes françaises (Paris, Lyon, Nice, Marseille, Toulouse). La douceur du climat maltais en hiver et ses étés chauds et secs permettent d’offrir aux plongeurs cette destination propice à leur activité durant toute l’année. Si la température de l’eau est fraiche de janvier à mars (15 à 16°C) elle se réchauffe progressivement ensuite pour atteindre 26 à 27°C en été. Lors de notre voyage en octobre dernier la température de l’eau avoisinait les 24°C en surface et 22°C par 40 m de fond.

 

Durant notre séjour nous étions hébergés sur l’île de Gozo, dans le village de Marsalforn. Le transfert en minibus et ferry entre l’aéroport de Malte et notre point de chute final (environ 1h30) a été assuré parfaitement par le club de plongée Atlantis Diving. Marsalforn est situé en bord de mer, protégé au fond d’une baie. C’est un village touristique avec une belle promenade côtière parsemée de petits restaurants et d’incontournables bars. Notre groupe était logé au Lantern Guest House, un petit hôtel niché au cœur du village dont l’accueil chaleureux du personnel fait penser à une pension de famille.

Les chambres sont assez simples, le buffet des petits déjeuners est bien garni et, le soir le restaurant du rez-de-chaussée sert des plats copieux et bons pour des prix très convenables. Le centre de plongée Atlantis Diving est situé sur les hauteurs de Marsalforn. Il peut accueillir facilement une centaine de plongeurs et son organisation, orchestrée par Stephania et Brian Azzopardi, est irréprochable.

L’équipe des moniteurs est internationale et capable de gérer parfaitement toutes les demandes de clients étrangers (Baptême, formation, exploration guidée, plongée tek,…). Les plongées maltaises, qu’elles se fassent en partant du bord ou lors de sorties en bateau, sont essentiellement orientées vers la découverte de paysages sous-marins rocheux et souvent chaotiques. Sur certains sites, la clarté de l’eau offre une visibilité impressionnante sur d’énormes blocs de roches qui semblent comme suspendus dans le bleu marine insondable du fond.

Les tombants ne sont pas très colorés. Ils sont parfois recouverts de petites algues brunes, d’éponges encroûtantes et de coralligènes. Des mérous et des murènes se cachent dans les anfractuosités, de rares et minuscules nudibranches progressent doucement entre les éponges, des poissons perroquets timides longent les rochers en quête de nourriture et, lorsque l’on tourne le dos à la paroi pour regarder dans le bleu il est possible d’apercevoir une poignée de barracudas.

Mais c’est surtout pour les amateurs de plongée en grotte ou sur épave que l’île de Gozo est réputée. Avec d’innombrables cavités plus ou moins grosses, des tunnels, des arches, des failles profondes et de larges canyons, les fonds marins maltais apparaissent aux visiteurs palmés comme étant bien mystérieux…

L’autre particularité des plongées maltaises ce sont les nombreuses épaves présentes autour des îles de l’archipel. Les plus profondes sont des épaves « historiques », souvenirs de batailles maritimes ou de naufrages malheureux, alors que les plus accessibles aux plongeurs, entre 15 et 40 m de fond sont des navires coulés spécialement à leur intention. La visite de ces épaves relativement récentes (anciens navires militaires ou commerciaux) et peu profondes est très facile.

Les structures des bateaux sont encore en bon état et les accès aux parties intérieures ont été dégagés pour que les plongeurs puissent pénétrer au cœur des épaves sans aucun danger. Ces plongées particulières au cœur du monde minéral sont, pour la plupart, peu profondes, accessibles à la majorité des plongeurs autonomes ou encadrés et réservent d’étonnantes surprises géologiques tout en offrant la sensation de vivre une petite aventure digne d’un roman de Jules Verne.

La faune et la flore sous-marine commencent à s’implanter doucement sur ces nouveaux récifs artificiels. Les armatures se recouvrent progressivement d’algues et de concrétions, des murènes se glissent entre les coursives, des rascasses sont posées sur les ponts et 32 des bancs de sars et de castagnoles virevoltent autour des mâts ou des cheminées.

Même si les plongeurs de notre groupe ont trouvé que leurs ballades subaquatiques manquaient un peu de rencontres variées avec la faune sous-marine, ils ont apprécié les décors spectaculaires de certaines plongées le long des côtes escarpées de Gozo et la visite d’épaves facilement accessibles. L’archipel maltais est une destination proche et peu couteuse pour les plongeurs français qui recherchent un peu d’évasion, quelques sites touristiques chargés d’Histoire et des plongées parfois mystérieuses… (Environ 1000 € pour une semaine : vols + hôtel + plongées).

 

 

Agence de voyage :
https://ultramarina.com
Office du tourisme de Malte :
www.visitmalta.com
Compagnie aérienne Air Malta :
www.airmalta.com