MALPELO Sanctuaire en danger

Malpelo

L’île de Malpelo se trouve dans l’Océan Pacifique à environ 500 km des cotes de la Colombie et du Panama. Déclaré comme parc marin sensible par le gouvernement Colombien et inscrit au Patrimoine Naturel de l’Humanité par l’UNESCO ses eaux, d’une richesse abondante de vie sont protégées du braconnage par des articles de loi sévères inscrits dans le Code Criminel Colombien. Cela a permis de préserver activement la faune et la flore sous-marine de l’île durant une dizaine d’années. Malheureusement ce sanctuaire est de nouveau en danger…

MalpeloNombreux sont les articles de presse et les documentaires télévisés qui présentent Malpelo comme une destination extraordinaire pour aller plonger. Les plus récents oublient de signaler que depuis 2014 la pêche illégale est de retour et qu’un braconnage croissant commence à faire des ravages, notamment dans la population nombreuse des requins qui fréquentent ses eaux. Les bateaux des garde-côtes colombiens chargés de patrouiller autour de Malpelo étaient de vieux navires de la marine rénovés par la Fondation Malpelo en collaboration avec Conservation International (Organisation de protection de la biodiversité). Aujourd’hui, le manque de moyens financiers pour entretenir ces bateaux (ou les remplacer) pour naviguer sereinement dans des conditions de mer qui peuvent être parfois difficiles ne permet plus d’assurer des patrouilles régulières. Le parc marin de Malpelo est donc laissé sans défense contre la pêche illégale. Sans contrôle et interpellation, le cadre légal strict ne sert plus à rien et les braconniers opèrent librement en sachant qu’ils ne seront jamais appréhendés. Les quatre bateaux de croisières plongée (2 venant du Panama et 2 de Colombie) qui rayonnent dans la zone tentent bien d’avertir les autorités colombiennes quand ils sont témoins de braconnage caractérisé, mais leurs itinéraires et jours de présence à Malpelo commencent à être bien connus des pêcheurs qui savent parfaitement les éviter. D’autre part, la nouvelle réglementation colombienne devrait autoriser, à partir de 2018 uniquement les bateaux de croisière au départ de Buenavista en Colombie. Ce qui limitera encore plus la présence de navires témoins de la pêche frauduleuse sur Malpelo.

MalpeloCela se traduit par une montée consternante et progressive de la pêche illégale depuis les deux dernières années. Malpelo reste néanmoins une destination phare pour les plongeurs expérimentés en quête de merveilleuses rencontres avec sa faune pélagique abondante et variée, mais pour combien de temps encore… La fondation australienne Biodiversity Conservation vient d’établir une filiale en Colombie pour essayer de mettre en place un nouveau projet de patrouilles sur Malpelo. Sur le point de conclure un accord avec le département des Parcs Nationaux elle devrait pouvoir mettre à disposition d’une poignée de rangers un catamaran avec son équipage qui sera accompagné d’un zodiac rapide. Nous espérons que cette initiative aboutira vite et sera pérenne pour faire, de nouveau de Malpelo un véritable sanctuaire marin.

 

Source : Chercheur d'eau N°51